Hommage à Isabelle

Voila une semaine qu’elle nous a quitté, il suffit de lire les commentaires annonçant sa disparition sur son FB pour comprendre qu’elle aura laissé une trace indélébile chez les rouges et blancs.

Comme beaucoup, pour moi, Isabelle c’était un sourire, alors il est vrai que lorsqu’elle était au départ d’une course ses adversaires savaient que ça allait être compliqué, elle avait l’esprit de la gagne, ne jamais rien lâcher, j’aurais l’occasion d’y revenir.

Du coup c’est un immense palmarès qu’elle s’est construite au fil des années, des courses d’un jour, mais aussi des classements généraux, le challenge du Pays du Boulonnais en fait partie, mais bien d’autres sont tombés dans son escarcelle.

isabelle-3-saint-martin

Isabelle avait le goût du partage, que ce soit avant la course ou même pendant, elle était accessible, avenante. Demandez donc aux Marckois et Marckoises qui ont eut le privilège de s’entraîner avec elle, ils seront unanimes pour vous dire qu’ils ont eu l’occasion de croiser une belle personne qui aimait partager sa passion.

12963823_118865655180640_6031477485706027844_n.jpgd

dsc_6324

Elle était capable de s’exprimer avec efficacité, quelque soit le terrain de jeu, la boue, la route, 5, 10 ou même marathon, le résultat était le même, elle y brillait.

carriere.jpg

isabelle-2-saint-martin-e1572034089891.jpg

Une année 2015, quasiment un podium à chaque course:

année 2015.png

Souvenez vous au début de mon article, je vous disais que je reviendrai sur sa capacité à ne rien lâcher, à se dépasser que dire si ce n’est toute notre admiration et notre respect lorsque le 20 mai 2019, elle se présente sur la ligne de départ des 20 kms de Bruxelles.

A elle seule sa présence sur la ligne de départ est un exploit, mais ce n’est pas suffisant pour cette battante, elle va démontrer qu’avec beaucoup de volonté, on peut retourner des montagnes en claquant 1h 43 et 59 secondes, elle prendra par la même occasion la 3éme place dans sa catégorie.

Ce week-end, c’est la course du club, nul doute qu’un nouvel hommage lui sera rendu, à hauteur de son talent, sa gentillesse, sa joie de vivre.

Merci Isabelle pour tous ces moments passés en ta compagnie à avaler les kilomètres, le sourire accroché aux lèvres, c’est l’image que nous garderons de toi.

Merci Arnaud pour ce très bel hommage, je n’ai pas grand chose à ajouter, Isabelle laissera une trace indélébile dans le cœur de tous ceux qui l’ont côtoyé, elle aura toujours sa place dans l’âme du club de Marck. Je garderai sa gentillesse et son sourire. Demain aux départs des courses, on va faire pour elle de longs et chaleureux applaudissements et j’invite ceux qui le souhaitent à mettre un ruban noir ou rose sur la poitrine.

 

Publié dans Vie de club | 2 commentaires

Il raconte sa Diag

Jeudi   17 octobre à 22h  sur la belle ville de Saint Pierre, un  moment que j’attendais depuis plusieurs mois le départ de  « la diagonale des fous » mythique course de l’île de la Réunion  , et voilà c’est parti pour mon premier Ultra trail, 166 kilomètres à parcourir avec 9542m de dénivelé positif (au final avec une légère modification de course nous avons réalisé 170km et 9642 m de D+).

20191017_173259 (1)

La première partie de la course : les 65 premiers kilomètres étaient plutôt faciles, il fallait vraiment gérer, c’est pour cette raison que je prends un départ prudent et j’essaie de me placer dans les 500 premiers  coureurs de cette diagonale des fous. Nous étions un peu plus de 2800 fous au départ de cette course.20191017_190431 (1)

Au premier pointage du 14éme kilomètres « domaine de Vidot », je me sens très bien, je suis 391éme,  je profite de ces quelques minutes pour remplir mes flasques et surtout me changer car nous allons passer la nuit à plus de 2000m d’altitude et les températures seront plus fraîches. Alors pour éviter toute hypothermie, j’enfile des vêtements techniques.  Pendant ces 5 min d’arrêt beaucoup de coureurs m’avaient doublé mais ce n’était pas grave, il fallait mieux anticiper et prendre quelques minutes pour repartir sur un bon rythme.

Après le passage au ravito de « notre dame de la paix » au 25éme km où j’ai pris également 3 à 4 min pour me ravitailler et boire de la soupe chaude car il commençait à faire très froid. Je me dirigeais  tranquillement vers le ravitaillement «  aire  du nez de bœuf » au 39éme km où je devais avoir ma première assistance et voir ma femme et mes parents.20191017_184309.jpg

Au 39éme km, ce fût un  soulagement de voir mes proches et de profiter d’un petit moment avec eux, la température extérieure était négative.  J’ai mis ma veste, mon bonnet et mes gants en altitude à la Réunion il fait bien froid (0 degré).

Toujours en bonne forme, je reprends le chemin vers  « mare à boue » ravitaillement kilomètres 49 où l’on pouvait profiter d’un repas chaud à cet endroit.

A « mare à bout » j’ai pris  10 min d’arrêt le temps de manger un repas chaud,  de me réchauffer car il fallait encore attendre une heure avant le lever du jour et voir l’aurore réchauffer l’atmosphère.

ld_53097988Je quitte le ravitaillement cela fait 7h que je suis en course et je me dirige vers le prochain pointage « Ciloas » au km 66, entre « mare à boue » et « Cilaos » il y a plus de 17 km à faire avec un sentier technique constitué de petites montées et de descentes donc il fallait bien gérer cette partie pour ne pas faire une hypoglycémie ou une déshydrations . Lorsque que j’arrive au point culminant de la course à 2200m d’altitude, le soleil se lève enfin et très vite je ressens la chaleur du soleil réchauffer l’air ambiant.  A ce moment  je vois qu’il avait gelé pendant la nuit, à l’apparition des lueurs du jour le sol était cristallisé, c’était juste magnifique.

Le temps d’admirer la vue sur « Cilaos » il fallait entamer une descente de 2km et  1000 m de D-, une pente bien raide,  où il était impossible de courir sans en y laisser une jambe, un pied ou pire tomber dans le précipice

20191018_091354

J’arrive au gros ravitaillement de « Cilaos » KM 66 déjà 10 h de course et je n’ai même pas vu le temps passé. J’en profite pour récupérer mon sac d’alégement  et rejoindre ma femme et mes parents pour profiter d’un moment avec eux. Ma  femme  m’a massé les jambes et les pieds le temps que je me ravitaille. Ensuite je me suis changé et je suis reparti  comme un homme neuf.  Le  temps de dire au revoir à mes proches car  j’allais m’attaquer au plus gros de la course.

25 min d’arrêt et c’est parti pour plus de 60 kilomètres sans voir ma famille car j’allais attaquer le « cirque de Mafate » et avec ma petite femme enceinte, il lui était impossible de faire des grosses randonnées pour venir me voir sur cette partie, elle n’était accessible quand hélicoptère ou à pied.

20191018_091537

Après « Cilaos » j’étais redescendu sur « cascade bras rouge » à 918m d’altitude et  j’ai entamé l’’ascension du « col du Taibit » à 2078m d’altitude c’était ma première grosse difficulté. C’est à ce moment que je réalise les difficultés que sont les mythiques marches de plus de 40 cm de haut  et de grosses pierres de tout niveau. Il est environ 10h20  quand j’arrive au col, il fait très chaud, la chaleur était intense dans la montée et encore plus lors de la descente sur « Marla ».

Arrivé au ravitaillement de « Marla » 79 km et plus de 13h de course, ma famille et mes trois amours avaient préparé deux vidéos d’encouragement que l’organisation retransmettait  sur écran lors de notre passage au pointage. J’étais très ému lorsque j’ai vu  ma famille et surtout mes trois amours, j’ai même craqué un petit moment et pris le temps d’appeler ma femme pour les remercier et leur dire combien je les aimais.  La course devenait dure et elles en ont profité pour me donner de la force avec des mots d’encouragement et dire qu’elles étaient fières de moi.

 

Après avoir pris 20 min à « Marla » et mangé un repas consistant j’ai repris la direction de la course et au cours de l’après midi , j’ai fait  mon petit bonhomme de chemin en enchaînant les longues montées et descentes tout en passant par les « plaines des merles, sentier scout, Ilet à bourses » et arrivé au ravitaillement  de « grand place » au 100éme kilomètres avec plus de 17h de courses et 5600m de D+ effectuer  avec des paysages grandioses et juste magnifiques.  J’ai pris plus de 20 minutes pour manger, bien m’hydrater car il faisant toujours très chaud, je savais à quoi j’allais être confronté.  J’allais partir pour 12 kilomètres, plus  2000m d’ascension,  un gros volume sur peu de distance. Il fallait donc prendre le temps de se poser, de profiter d’échanger quelques mots avec d’autres coureurs.

Je repars de « grand place » et  je me dirige vers « roche plate » le prochain ravitaillement au km 108. J’avais trop bu de coca, j’avais mal à  l’estomac. Il m’a fallut 30 min pour me ressaisir et retrouver de la force  pour arriver en ayant même le luxe de dépasser pas mal de raideurs dans la montée. J’arrive à « roche plate » avec une impression d’avoir retrouvé mes jambes, après  20h de course. J’ai pris le temps de me ravitailler et surtout de remettre ma frontale pour attaquer  ma 2éme nuit auquel  je m’étais préparé psychologiquement.20191018_175119

Il fallait encore monter  le « MaÏdo » pour sortir du « cirque de Mafate » et le soleil commençait à se coucher , la température baissée aussi vite qu’elle était monté dans la journée.

Lors de l’ascension du « MaÏdo » j’ai eu l’impression que mon corps me lâchait ! Peut être la fatigue, le mélange  de repas salé, sucré, non habituel, je ne sais pas ?

Arrivé en haut du « MaÏdo » il faisait froid, il fallait encore descendre 20 min pour rejoindre le ravitaillement je ne me sentais pas bien. La sensation d’être complètement vidé, plus la force de courir, je vois les lumières du ravitaillement et je n’en pouvais plus, trop fatiguer. J’ai mis le pied sur une souche d’arbre ce qui m’a provoqué une entorse de ma cheville gauche. J’ai fait un roulé boulé à l’entrée du poste de contrôle, infirmier et médecin se sont jetés sur moi et ils m’ont aidé. Ils m’ont  ramené sous la tente pour me soigner. J’étais en hypothermie et très fatigué. Le médecin ainsi que les kinésithérapeutes ont analysé ma cheville et ils m’ont posé une question : «  sentez vous capable de continuer ? »  J’avais mal, j’étais fatigué mais j’ai dit « oui ».

Ils m’ont  strappé la cheville et j’ai profité pour faire une sieste  de 20 minutes. Je me suis arrêté 35 min à ce ravitaillement avant de repartir pour une longue descente de 15 kilomètres afin de pouvoir voir ma famille et surtout revoir mes filles que je ne n’avais pas vu depuis mon départ.

Que cette descente fut longue, vraiment longue ! Cette descente fût laborieuse, je n’arrivais pas à me mettre dedans j’étais cassé. Il fallait faire attention  aux cailloux afin de préserver ma cheville.

J’ai été  très attentif ce qui rajoute un effort supplémentaire lorsque la fatigue se fait ressentir, mais je commençais à être énervé.  J’ai pris un boost mental sur les 5 derniers kilomètres avant le ravitaillement.  J’en avais marre et je criais tout ce que je pouvais, je doublais une dizaine de coureurs, beaucoup d’entre eux dormaient sur le coté du sentier dans leurs couvertures de survie, cela faisait bizarre.

 

Je commençais à apercevoir les lumières du ravitaillement de « Ilet Savannah » la température s’était bien réchauffer et j’étais redescendu à 105m d’altitude par rapport au niveau de la mer.  J’entends les encouragements de ma famille et surtout mes filles criaient « allez papa » mais que cela fait du bien. En les voyant mes premières paroles ont été « mais qu’elle descente de merde, des cailloux, des racines et des cailloux il n’y a que ça » . !!! Ma femme m’a fait un petit rappel à l’ordre et au fond de moi cela ma fait du bien car à ce moment là je ne savais pas si j’allais continuer ma cheville me faisait un peu souffrir et ce n’est que lorsque que mon père m’a dit qu’il ne restait plus que 38 kilomètres que je me suis dit «  aller il faut finir  et allez au bout de l’aventure ».

20191019_002048

A ma grande surprise au passage à la pointeuse de « Ilet Savannah » km 132 j’apprends que j’étais le 100éme de la course et je ne sais même pas comment j’ai fait pour arriver jusque là. J’ai pris un bon 20 min pour me changer,  me détendre,  profiter d’un massage de pieds qui ma remis d’aplomb, un truc de fou et me ravitailler. La nourriture commençait à être dur à ingérer mon estomac ne savait plus ou donner de la tête, je subissais des crampes d’estomac mais bon il fallait continuer à avancer.

Alors les derniers kilomètres, je ne m’amusais plus.  Le plus gros du dénivelé était derrière moi mais avec la 2éme nuit, la fatigue, les crampes d’estomacs ce n’est vraiment pas évident à gérer.  La dernière  partie de cette course était très dur physiquement et moralement. Le passage par le « chemin Ratinnaud » et « la grotte de Kala » 11 kilomètres à faire mais d’une technicité de terrain, il m’a fallu plus de 3h.

J’arrive à la possession, j’en profite pour refaire mon strapping car celui-ci me faisait mal.

20191019_002014

Je quitte possession en ayant vu ma femme et mes parents et en me disant allez rendez vous à la redoute (stade à l’arrivée).

Je devais attaquer le chemin des anglais, j’attendais depuis longtemps ce fameux chemin, la seule chose que je ne savais pas c’était que ce chemin montait et descendait trois fois.  Du coup aie aie les cuisses  et puis les pavés ne sont pas bien placés.

J’arrive au ravitaillement de « grande chaloupe » plus que 14 kms et ça sera finit. Je pense que ce fut le ravitaillement le plus court de ma course il est 5h20 c’est samedi matin et le soleil se lève et je suis en train de me dire que je vais y arriver.

20191019_083303

Je repars pour attaquer la dernière montée vers « Colorado » et enfin la dernière descente  mais ce fut les 14 derniers kilomètres les plus long de toute ma vie. La montée en 2 heures et la descente en 1 heure, j’ai les muscles atrophiés. J’arrive enfin sur le dernier kilomètre et je trouve la force pour courir un peu, je fond en larmes d’émotion, j’aperçois mon père à 300 mètres de l’arrivée venu à ma rencontre et ma famille quelques mètres plus loin  à l’entrée du stade. J’attrape mes petites puces pour faire les 100 derniers mètres avec elles mais quelle émotion ma femme et mes filles main dans la main passons la ligne en 34h32min et 02s et 91éme au classement général sur 1953 finishers.

Je suis sur un petit nuage et  je n’arrive pas à croire ce que je viens de réaliser.

Finisher de la diagonale des fous et dans le top 100, c’est juste énorme. Ce que je retiens de cette course c’est qu’il faut un gros mental pour pouvoir terminer cette course de fou. C’est une course qui casse beaucoup surtout avec les montées et les descentes caillouteuses et les marches à plus de 50 cm mais je reste très heureux d’avoir pu vivre cette aventure de fou.

Maintenant place à la détente en famille sur cette belle île et je tiens vraiment à remercier ma binôme, ma confidente, mon amour pour toute l’assistance car son massage de la voute plantaire je le recommande.  Je t aime mon amour et merci cette victoire elle est pour nous deux.

Mes parents également d’avoir accompagnés ma femme et de m’avoir soutenu tout au long de cette épreuve. Ainsi que toute le reste de ma famille, amis et connaissances, les mots, messages m’ont fait donné la force d’aller jusqu’au bout.

Merci à tous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Résultats | Laisser un commentaire

FOULEES MARCKOISES J-3 : liste des participants/retrait des dossards

Nous sommes à 3 jours des foulées, vous trouverez la liste des inscrits pour le 5 et le 10 kms, les noms qui figurent en rouge devront impérativement apporter leur certificat médical à jour et selon la bonne réglementation « non contre indication à la course à pieds/athlétisme y compris en compétition ». Nous avons rencontré 3 problèmes, soit pas de certificat joint, soit un certificat ne mentionnant que la pratique du triathlon, ou un certificat autorisant la course à pied mais pas de précisions sur la compétition.

Pour rappel les licences/certificats triathlons ne sont plus autorisées depuis 01/01/2019.

Vous pourrez rechercher vos dossards en avance demain toute la journée au magasin ASICS de Coquelles OUTLET STORE (anciennement Marques Avenus).

Liste des participants au 3 et 1 kilomètre ICI

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

FOULEES MARCKOISES J-4 : organisation

Suite à notre réunion d’hier soir, le projet des postes a été affecté, suivre le lien ICI pour connaitre les fonctions de chacun. Si oubli ou demande de modification me contacter.

Le plan du parcours avec les numéros d’affectation ICI.

Nous avons besoin de bras le samedi après midi à 14H aux Dryades, mais également aux Hemmes de Marck pour aider l’organisation de la Chti Nordique à 13 H.

Pour le dimanche matin, nous serons présent dés 6H30 pour les plus courageux, les commissaires peuvent arriver à 7H30 pour un briefing à la salle des Dryades à 7H45.

Attention ce week end CHANGEMENT D’HEURE, heureusement dans le bon sens.

RAPPEL : pour ceux qui le souhaitent, nous organisons un repas, aprés les foulées, à la brasserie du centre à Marck, contacter Dominique HENQUEZ (06 70 53 51 28)

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Finale Régionale Equip Athlé Benjamins/Minimes : Belle victoire des Benjamins

Ce dimanche à Lens, sous un temps légèrement pluvieux, c’est déroulé la finale régionale des equip athlé Benjamins et Minimes.

Nos benjamins, en tête des bilans régionaux ont su maintenir leur position, et en améliorant à chaque fois leur record. Ils terminent avec une brillante première place devant le SO CALAIS.

Les minimes ont présenté une équipe valeureuse, qui n’a pas démérité et qui termine à une honorable 9e place.

Bravo à nos jeunes athlètes et à leurs entraîneurs et merci aux juges et parents présents.

Et un grand merci à Arthur Schoonheere, qui a représenté l’equipe en tant que jeune juge et qui a tenu parfaitement poste, au saut en longueur.

Résultats complets ICI

Publié dans Résultats | Tagué , , | Laisser un commentaire

Les boucles de l’AA

Ce dimanche, se déroulait la 23éme édition des boucles de l’AA, celle-ci avait une saveur un peu particulière pour les Marckois, ils arboraient un brassard noir en hommage à Isabelle BARBAUT qui nous a quitté bien trop tôt, course qu’elle avait remporté dans sa catégorie en 2017.

20191020_0941566035872705101387001.jpg

Les conditions sont idéales pour la pratique de la course à pied, température fraîche avec un léger vent.

La première course à s’élancer était le 5.8kms, une seule représentante était inscrite, il s’agit de Marie LEMAITRE, elle prendra la 42éme place au scratch sur les 266 coureurs et la première place en espoir féminin parcourant la distance en 24 min et 51 secondes. P1250730

Pour le 10 kms, ils étaient 15 pour défendre les couleurs du club.

Le premier d’entre eux fût Yohann PRUVOT, qui avait un double objectif, celui de descendre sous les 31 min et remporter la course qui ne lui a jamais souri, multipliant les deuxième place.

Il avait fort à faire puisque dès le départ le coureur de Dunkerque, membre de l’équipe de France junior Martin DESMIDT, imprima un rythme d’enfer, avalant le 1er Km en 2’50 et le second 3 min plus tard, laissant passer l’orage, Yohann grignotait son retard qui flirté à la mi course les 15 secondes.

Il parvenait à revenir quasiment dans le sillage de son adversaire du jour à 2 kms de l’arrivée, mais Martin en avait gardé un peu sous le pied pour conserver son bien dans un finish dévastateur reléguant Yohann à 14 secondes sur la ligne. Ce dernier parvenant donc à valider un des deux objectifs, 30min 48 secondes étant sa marque à l’arrivée.20191020_10094702070023590251368126.jpg

Pour le second Marckois, Sébastien ALVAREZ, il fut longtemps en lisse pour un chrono de 40 min, les kilomètres passant, il voyait s’éloigner inexorablement le lièvre avec sa pancarte affichant la référence, il passera la ligne en 40min et 57sec20191020_10125507593028932199969464.jpg

Il sera suivi de Julien ROBACHE en 41 min 36 secondes

20191020_1012403945899494393718605.jpg

C’est au tour d’un duo de couper la ligne d’arrivée après 42 min et 12 secondes, il s’agit d’Alain GAUTIER et Laurent MOUSSAY qui prendront respectivement la 164éme et 165éme positions. Ils devanceront un autre duo composé de Fabien HARDY qui s’est rendu compte que 10 kms pour s’échauffer c’est bien assez 🙂 et Jean François LELEU avec 42 min et 32 secondes pour en finir avec ce beau parcours. 20191020_101316(0)5346913928494088095.jpg

Les années se suivent et ne se ressemble pas pour Julien BARRAS qui prendra la 182éme place en 42min et 40sec lui qui avait flirté avec les 40 min un an auparavant.20191020_1012586179768838843465552.jpg

A peine une minute après c’est au tour de Frédéric CONDETTE de franchir la ligne en 208éme place

20191020_1013463380044168979582051.jpg

Pour Valérie BERDIN, le deal avant le départ était de terminer sous les 46min, bien caler dans l’allure de la hase ( lièvre au féminin 😉 ) elle se qualifie pour les championnat de France du 10kms en 44 min et 17 secondes, 4éme en V2F et 241éme au scratch. (Elle est sur la photo ci dessus, la trouverez vous :D)

Pour Clotaire SCHUPPE, le néo retraité, il fit sa course à son rythme, malgré une gène au mollet,  il boucla les boucles en 44min et 45 secondes

20191020_101414(0)4139106984323581285.jpg

Laurent BRUTIER qui a tenté de suivre le lièvre des 45 min s’est assez rapidement ravisé, sortant d’une préparation plutôt basé sur les sorties longues, il savait qu’il n’avait pas les jambes pour aller aussi vite, sachant qu’au lieu de se caler sur 4min 30 au 1000, la jeune fille qui avait pour rôle de les amener aux alentours de 45 min était un petit peu trop rapide. Il choisit de prendre son rythme pour boucler les 2 tours en 46min et 59 secondes soit la 316éme place.

20191020_10142802207711613812056665.jpg

Stephane LELONG fit son petit bonhomme de chemin, 50min et 17 secondes 396éme

20191020_1015147457986799869049220.jpg

51min 30, c’est le temps qu’il fallut à Vincent VERCOUTRE pour clôturer son aventure Gravelinoise.

20191020_1015306447411116745448785.jpg

Lydie LEBLANC et Nathalie GOUDAL prendont respectivement la 425éme place (12éme V2F) et 459éme place (15éme V2F) en 51min et 49 secondes et 53 min et 27 secondes nul doute qu’elles auront parcouru ces boucles en ayant leur copine Isa dans un coin de leur tête.

20191020_10154306357910896201103274.jpg

 

20191020_1016084656017618987472080.jpg

Bravo à toutes et tous pour ces belles performances.

 

 

Publié dans Résultats | Laisser un commentaire

FOULEES MARCKOISES : repas après course

Comme l’an dernier nous proposons à toutes les personnes qui ont participé à l’organisation de nos foulées de prendre le repas d’après course en commun à la brasserie chez Stéphane Devos.

Ci-dessous la proposition :

Une soupe à l’oignon en entrée
Un buffet campagnard en plat « rosette, jambon, roti de boeuf, roti de porc, terrine »
pomme de terre au four avec crème ciboulette et salade
tarte aux pommes en dessert
une boisson par personne « 1 verre de vin (rouge rosé ou blanc), 1 bière pression, , eau minérale ou 1 soft
Ce sera dans la salle côté parking
Le service ce fera sur buffet pour la soupe aussi
Le prix est a 20 € par personne

Contacter Dominique HENQUEZ pour réserver :0670535128

Publié dans Vie de club | 1 commentaire