Interview #10

Si il n’y avait pas eu cette épidémie, on vous aurait détaillé un premier tour d’Interclubs, au lendemain d’une journée qu’on sait apprécier à l’AS Marck Athlétisme. Mais en attendant de pouvoir retrouver une telle compétition, on vous propose un entretien en compagnie d’un membre du club qui a connu les interclubs sous plusieurs rôles : entraîneur, athlète, juge ou encore supporter.
Pour ce nouvel entretien, on se retrouve en compagnie de Christian Marant, entraîneur toutes catégories et père de deux anciennes athlètes du club, Amélie et Élodie Marant. Présent depuis une quinzaine d’années, son visage vous est forcément familier. Si vous avez déjà assisté à des compétitions jeunes ou aux entraînements, vous avez à coup sûr déjà vu sa paire de lunettes et sa moustache.

Salut Christian, merci à toi pour le temps que tu me consacres. Peux tu commencer par résumer ton parcours au sein du club s’il te plaît ?

Salut Paul, merci de penser à moi. Voilà, je suis arrivé au club par le biais d’Amélie en 2005. Je l’accompagnais et je restais sur place. Puis Boule m’a demandé de l’aider. Ce que j’ai fait. Ensuite passage de diplôme officiel, puis dirigeant et entraîneur.

Comme Boule, tu es un entraîneur qu’on peut qualifier de « touche à tout » mais il doit bien y avoir une discipline ou une famille de disciplines que tu affectionnes plus particulièrement ? Si oui, pourquoi celle-ci ?

Effectivement, moi mon dada c’est plus les lancers, c’est au départ que ma spécialisation s’est faite. J’affectionne aussi le saut en hauteur mais à ça je suis venu un peu plus tard. Sans quoi, comme tu dis nous touchons un peu à tout. Dans le club, nous essayons d’être complémentaire.

D’ailleurs, en parlant des lancers, cela reste ta seule expérience en tant qu’athlète pour le club avec plusieurs participations aux Interclubs sur le lancer de poids. Alors ça fait quoi d’être à la place des athlètes pour une fois ?

Oui c’est vrai, j’ai lancé le poids mais aussi le marteau aux derniers interclubs. Et bien, je vais te dire que l’on en mène pas large vis à vis des athlètes que l’on entraîne. On est surveillé. Je suis même, lors de mon 1er interclubs, sorti devant… Tu penses bien qu’ils m’ont charrié, gentiment, pendant un bon moment. Mais il est vrai que c’est plus facile de dire que de faire.

Comme tu m’as dit à ta première réponse, tu es arrivé au club par l’intermédiaire de Amélie ta fille. Le rôle de père/entraîneur, ce n’est pas trop compliqué ?  Tu ne dois pas avoir les mêmes attentes pour tes filles que pour les autres athlètes ?

Oui, je pense avoir été plus sévère avec mes filles, surtout Amélie, qui avait du caractère. Elle se reconnaîtra. On attend souvent plus de ses enfants. Mais je ne pense pas avoir été un tyran quand même. La finalité, c’est leurs résultats. Elles n’ont pas démérité, elles ont pris plaisir, j’espère, autant qu’Elodie et Amélie m’ont fait plaisir. Que demander de mieux. Aujourd’hui, je prends aussi énormément de plaisir à entraîner au club, et j’essaie d’en donner à nos athlètes.

La situation que l’on vit actuellement est plutôt compliquée depuis 1 an et demi… Comment on vit ça en tant qu’entraîneur ? Difficile de fixer des objectifs et de définir des plans d’entraînement ?

C’est vrai Paul, il est très compliqué d’entraîner et de motiver les athlètes. Pas de compétition, pas de futur, peu d’entraînements… Heureusement certains sont fidèles au club et à leurs entraîneurs. Comme je travaille toujours, je ne vois presque plus mes athlètes et je peux dire que j’en suis frustré. Enfin les beaux jours sont devant nous.

Je te remercie encore pour le temps que tu m’as accordé. Est-ce qu’il y a un dernier mot que tu aimerais ajouter ?

Oui, j’aimerais ajouter que le club m’a beaucoup apporté, par sa familiarité et son ambiance. Je suis fier d’y être, et merci à l’AS Marck Athlétisme de m’avoir permis de connaître des jeunes et des moins jeunes, pleins d’enthousiasme et d’empathie qui apportent du plaisir autour d’eux. Merci à eux, merci à tous. Merci Paul.

Cet article a été publié dans Interview. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Interview #10

  1. Marant Amélie dit :

    Superbe interview !
    Non ça va tu n’as pas été un tyran, et puis ça nous a servi ! -> championnat de France , et des bons souvenirs avec le club ! ☺️

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s