Interview #4

Malgré la température glaciale que nous avons connue la semaine passée, cela ne m’empêche pas d’être à l’heure pour ma publication bi-hebdomadaire. Ce n’est pas non plus ce froid qui va contraindre notre athlète de la semaine à annuler un entraînement. Et oui, pour notre quatrième entretien, on retrouve Yohann Pruvot qui a eu le temps de préparer cet entretien lors d’une session dominicale très rafraichissante.
Il ne semble plus vraiment « nécessaire » de présenter Yohann aux fidèles du club tant il a réalisé de belles performances ces dernières saisons et permis au damier rouge et blanc d’être présent sur des podiums régionaux. Tout de même, en quelques chiffres et à titre d’indication : Yohan a participé à 201 courses sous le maillot marckois comptant un total de 120 podiums et 58 victoires sur cross, piste, trail ou courses sur route.

Bonjour Yohann, ton nom est bien connu pour les amateurs du club, mais on connait un peu moins ton parcours. Peux tu, s’il te plaît, nous retracer ton « aventure » concernant la course à pied et l’athlétisme ?

Mon histoire avec l’athlétisme a débuté avec les cross scolaires au collège. Je faisais du basket mais j’ai vite montré des aptitudes à courir. J’ai pris alors une licence athlé à Calais et j’ai découvert les différentes disciplines, avec des préférences pour les sauts, et le demi-fond. J’ai pratiqué le basket et l’athlétisme en parallèle jusqu’à la catégorie Junior. C’est en cross que j’ai réalisé mes premiers podiums Départementaux en minimes et cadets, puis j’ai participé à mes premiers championnats de France de cross en Cadets.
Mon aventure s’est poursuit au sein de l’association Marck’Athlon, qui regroupait quelques légendes locales du Duathlon, des coureurs sur route de talent, qui nous poussaient à des entraînements dignes de compétitions chaque mercredi pour le fractionné en course à pied. Je participais à de nombreux Run&Bike, et j’ai débuté les courses à pied sur route sur 5km et 10km. J’y ai côtoyé les frères Henquez, Christophe et Thierry, qui m’ont incité à les rejoindre à l’As Marck.

J’ai signé ma première licence Marckoise en 2009 et démarré par une de mes plus belles victoires, la populaire du cross de l’Acier, contre toute attente. Philippe Belleville a décelé à Marck’Athlon mon potentiel et m’a proposé de m’entraîner sérieusement et de suivre un plan d’entraînement. Je m’enrichissais de son expérience d’athlète, un beau palmarès dont un titre de Champion de France sur Semi, et j’ai appris à gagner et devenir un coureur redoutable. J’ai amélioré mes chronos et je suis passé de 33’15 à 31’50 sur 10km, j’ai remporté des 10km et me suis qualifié pour les France de cross Sénior en 2011, la première qualification d’une série de dix.
En 2013, Antoine Meats proposa de m’encadrer et devint mon entraîneur, avec son expérience de préparateur physique, je redécouvrais le renforcement musculaire et les séances lactiques. Sa planification cadrée de l’entraînement me permit de gagner en régularité, j’ai remporté en 2015 le Challenge Hors Stade des courses sur route.

L’année 2016 est devenue l’année référence avec une victoire au semi-marathon de Marseille, mais surtout mon premier marathon. New-York, la référence. Cette chance m’a été proposée par mon employeur BIA Fournitures Industrielles. J’avais alors de belles références chronométriques sur 10km et semi (30’53 et 1h08’21). Mais le marathon est une discipline sans égale, on ne vaut rien comme chrono, on le réalise. Je me suis lancé dans une de mes plus grosses périodes d’entraînement et ai découvert un nouveau sport, courir longtemps. J’ai terminé 29ème, 3ème Européen et 1er Français en 2h26’50 et des souvenirs pleins les yeux. J’ai décidé d’améliorer ce record, j’ai participé au marathon de Berlin en 2017, le parcours du record du monde. Encore une grosse préparation avec un record sur semi-marathon trois semaines plus tôt (1h07’04), pour une course où je suis passé par tous les états pour réaliser 2h24’50.
Pour ne pas tomber dans la routine de l’entraînement, Antoine m’a proposé de faire une saison de cross court en 2018. Nouvelle découverte avec des formats de cross sur 4km, des séances de sprint et beaucoup de préparation physique. Ce gain de vitesse m’a permis de réaliser 31’23 sur 10km et 14’39 sur 5000m.

La qualification en 2019 de l’équipe Sénior au France de cross reste, pour moi, le souvenir collectif le plus marquant. Notre solidarité, l’engagement pendant la course, fait de notre bande de copains un concurrent redoutable chaque année au podium régional. Enfin, l’année 2020 est, pour moi, l’année de la consécration avec mon record sur 10km 30’08, mais surtout mon titre de Champion de France sur 5km. Cela récompense mes années de passion, d’investissements et de rigueur.

L’année 2020 a été très compliquée pour tout le monde, c’était quasiment le « néant » sur le plan sportif hormis les mois de janvier et février qui démarraient plutôt bien avec les cross… Comment as tu vécu ces mois difficiles en tant qu’athlète ?

Coupé en plein élan. Voilà comment je pourrais définir le début d’année 2020. Tout était bouclé pour le déplacement du club au France de cross, puis annulation à la dernière minute. Plus rien du jour au lendemain, le monde s’arrête, la peur du virus nous gagne.
Mais cette parenthèse du premier confinement sera pour moi un moment bénéfique, pour ralentir le rythme toujours plus speed de la vie, pour profiter de mes enfants et faire un break sans objectif sportif. Je profite pour travailler les fondamentaux de la course à pied : renforcement musculaire, vitesse, jeu d’allure. Nous avons tendance à vouloir participer à un maximum de compétitions et cette pause m’a permis de préparer spécifiquement deux 10km à la fin de l’été pour mes records 30’14 puis 30’08. Cinq mois sans compétition m’auront été d’autant plus bénéfique, je suis arrivé frais, préparé et déterminé pour le peu de courses programmées.

Malgré ça, on a eu quelques « éclaircies » cet été et à l’automne, tu as participé aux championnats de France Masters à Chalon sur Saône en octobre. Tu as remporté le 5kms chez les M35-40. C’était un réel objectif ? Ou bien une belle surprise ? Et ça fait quoi un titre de champion de France ?

L’objectif principal de 2020 était le France de Semi au mois de Mai, repoussé à Septembre et finalement annulé. Puis le France de 10km annulé consécutivement en Juin et Octobre. Je me suis rabattu sur les France Master à Chalon sur Saône fin Octobre, à quelques jours du second confinement. Je voyais en cette course ma seule chance de médaille pour ma première année Master 35/40 ans. Mais quand on est en forme, en confiance, c’est le titre qu’il faut viser. J’ai pris la course à mon compte et imposé un tempo soutenu dès le départ, 2’49 au premier km, tenir était alors le mot d’ordre. Je m’impose en 14’52 avec une dizaine de secondes d’avance. Je ne voulais pas rater cette occasion, un titre de Champion de France dans une carrière, même amateure cela a beaucoup de valeur. C’est la concrétisation de beaucoup d’investissement personnel, familial, et entourage sportif (coach, kiné, membres du club), avec qui je partage ma réussite sportive.

Enfin, le début d’année 2021 semble encore flou, de nombreux événements sportifs sont annulés… Qu’espères tu pour cette année sur le plan sportif ?

Nous démarrons l’année 2021 dans l’inconnue la plus totale quant à la reprise de la compétition pour les amateurs. Le principal est de prendre soin de soi et de ses proches, de continuer à être patient. Je crois en une reprise progressive de la compétition pour tous, avec des départs par vagues, le port du masque au départ et arrivée. Sur les dernières courses sur route auxquelles j’ai participé, cela était respecté par tous. Avant de revenir à une pratique normale de l’athlétisme que nous imaginons, voire rêvons même la nuit, me concernant. Gardons le plaisir de se retrouver pour les entraînements proposés par le club, de partager de bons moments et perpétuer la convivialité que nous apprécions à l’As Marck Athlétisme. Les records, les victoires ne sont rien sans les moments de partage qui accompagnent toutes ces performances, qui construisent nos souvenirs.


On espère tous un « retour à la normale » au plus vite… Je te remercie d’avoir pris le temps de me répondre. Je suis certain que tes propos seront lus avec beaucoup d’attention de la part des fidèles du club.

Encore merci à toi pour ce que tu fais. C’est avec plaisir que je partage mon parcours au sein du club. À bientôt sur les routes.

Cet article a été publié dans Interview. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Interview #4

  1. Henquez Raphaël dit :

    Très beau reportage 👏🙂☺️
    Yohann est la seule personne que je connaisse qui peut servir d’exemple dans la longévité de la performance, de courage , et d’une envie qui est extraordinaire. Les gros résultats de Yohann sont juste amplement mérités, un acharnement de travail et d’un sacrifice hors norme 💪 🏃‍♂️
    À bientôt 👋
    Raphael Henquez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s