Urban Trail Boulogne sur Mer 28kms

Ce samedi soir, il faisait froid à Boulogne sur mer, mais rien n’empêche des fous furieux de run a se retrouver pour participer à la deuxième édition de l’urban Trail de Boulogne.

Rendez-vous 17h a la mairie de Marck pour un départ groupé avec Laurent TESSIER , deux de ses collègues, Christophe FEUTRY et votre serviteur Arnaud CONSTANT.

Arrivée sur place, récupération des dossards, puis après avoir enfilé les tenus qui nous semble le plus approprié, direction le sas de départ, quelques photos avec les participants aux 14 kms, echange de sms avec Hélène TASSART pour que l’on puisse se retrouver et l’heure du départ se précise.

Dans la cohu, Laurent et moi retrouvons Hélène mais perdons Christophe, derrière les barrières nous écoutons tant bien que mal l’hommage au coureur décédé un an auparavant.

Le départ est donné, mais vouloir passer plus de 2400 personnes sous une arche de 5 mètres de large apparaît comme un premier obstacle loin d’être aisé.

Hélène et moi avions décidé de faire la course ensemble, 2 premiers kilomètres avalés en 10 min, nous voici en bas de la première difficulté, ça grimpe sévère notre duo progresse bien, et pourtant je vous l’annonce c’est avec un boulet 😊 que je cours, ce sont les premiers mots que m’adresse Hélène au sommet de cette première bosse.

Nous continuons notre périple dans cette jolie cité, ça monte, ça descend, des escaliers cassent les pattes mais pas le moral, premier ravitaillement au coeur du stade de la Libération un gobelet d’eau avalé et mon boulet et moi reprenons notre progression, il me semble reconnaître Christophe sur une partie où les concurrents se croisent, il doit être 3 ou 4 minutes derrière nous.
Quelques flocons de neige nous accompagnent également, mais ils ne seront pas nombreux.
12 bornes, c’est le moment où les participants du 14 kms nous quittent piur en finir avec leur périple, d’un coup nous nous retrouvons à 4 ou 5 coureurs, nous sortons de la partie Urbaine pour attaquer un vrai trail, chemin, boue, le tout a la lumière de nos frontales. Un spectateur annonce a Hélène qu’elle est en 6 ou 7ème position.

Second ravitaillement dans une salle de sport, nous en sommes à mi parcours, Hélène est encore au taquet, prête a affronter le rerste du parcours.

Après la traversé d’un parc, petit virage à gauche pour rejoindre la colonne mais nous croisons des concurrents en sens inverse qui nous indiquent que ce n’est pas la bonne direction, le circuit a changé par rapport à l’année dernière.

Heureusement pour nous c’est a peine 50 m de perdu la ou pour certain le detour s’évalue en kilomètres. Grande descente glissante, une jeune femme elle aussi accompagnée de son lièvre nous double, ça a pour effet de redonner un petit coup de boost à Hélène, qui s’echine a rester à portée de fusil. petit à petit les kilométres s’egrainent, nous gardons notre rythme, le duo nous lache sur les partie technique mais nous revenons inexorablement sur les partie roulante.

C’est un vrai plaisir que d’accompagner Hélène comme liévre, car même si elle s’autoflagéle en se traitant reguliérement de boulet et en se désolant de son rythme, il suffit d’un ou deux mots positifs pour la voir se ressaisir et de relancer la cadence que de nombreux concurents seraient contents d’avoir.
Au 20éme kilométres, c’est un veritable changement dans l’attitude de ma coéquipiére que je vais pouvoir observer, à la faveur d’une côte qu’elle connait par coeur, nous allons commencer notre remontée, comme je l’avais prédit, de nombreux concurents ayant présumer de leur force commencent à craquer et le retour de l’elastique est violent, la premiére à en faire les frais est la féminine devant nous qui lorsqu’elle verra Héleène la depasser, va exploser mentalement, passant de la course à la marche et en laissant echapper un « je n’en peux plus » qui en dit long,
Courir + marche rapide, voila le cocktail explosif qu’emploi Hélène pour depasser un par un les autres concurents en panne de carburant.
Une longue descente technique rendue glissante par les derniéres pluies, encore une feminine de dépassée malgrè une belle glissade, en bas des banderoles à la gloire de mon accompagnante, elle est aux anges. il reste 4 à 5 bornes maximum, lorsque nous amorçons la derniére grosse difficulté une grosse douleur à la cuisse la tetanise, quelques mots de reconfort, quelques conseils de massage, elle serre les dents et c’est repartie, la voila à nouveau sur un bon rythme.
2 bornes le long de la liane, nous apercevons l’arche d’arrivée, dans la derniére rampe, une feminine est juste devant nous un dernier effort, nous rentrons dans la salle et dans un dernier sprint elle la passe sur la ligne d’arrivée pour prendre une belle 187éme place en 2h53 et 4secondes ainsi que la 5éme place chez les SEM, me concernant je prend la 191éme place en 2h53 et 7sec pour 63éme V1M….Mais vous l’avez compris, ce samedi soir j’ai couru avec un boulet oui..un boulet de canon 😉
Juste derriére nous 2 autres Marckois franchirons la ligne d’arrivée, il s’agit de Raphael CRETON qui prendra la 233éme place en 2h59 et 59sec 73 éme V1m et Christophe de retour aux affaires 235éme en 3h00 et 14sec soit 14V2M
PS: il manque dans mon CR la course de Laurent TESSIER, mais il va nous faire son petit compte rendu à lui 🙂
En tout cas bravo à tous
Cet article a été publié dans Résultats. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s