La course des TERRILS

La course des Terrils est plus qu’une course, c’est une institution, j’en veux pour preuve que l’année 2016 représentait la 33éme édition, que dire de plus.

Pour des raisons de sécurité, les organisateurs avaient renoncé à leur tracé roi, l’équivalent du marathon, cependant toutes les autres épreuves étaient bien présente, que ce soit en nocturne le samedi soir ou en diurne le dimanche matin.

Pour Arnaud CONSTANT, de retour à la compétition (un peu plus intensive) après deux ans de pause galère, c’est le 16 kms qu’il avait choisi, 15 jours après les 31 kms du TCO. un circuit assez roulant comportant 3 difficultés, composé de la montée de 3 TERRILS.

Le premier, c’est une montée sèche avec une trace direct, certain marche, les mains sur les cuisses, d’autres utilisent la technique du quatre pattes, bref chacun son style, le principal c’est que l’effort violent ne reste pas trop dans les jambes car nous n’en sommes qu’au deuxième kilomètres, après une descente rapide, c’est de suite le second Terril qui nous fait face, beaucoup plus traître comme pourrait l’être un col de haute montagne, a chaque virage on se dit que c’est fini, mais il y en a encore.

Au sommet nous sommes au 4.5 kms, une descente et c’est partie pour d’interminable ligne droite de schiste ou de pavés, quelques incursions en forêt pour trouver quelques singles traces sympathique tournicotant autour des arbres, puis retour sur les chemins de traverses, à 7 kms de l’arrivée l’organisateur joue avec nos nerfs et décide de décompter chaque kilomètre jusqu’à la ligne d’arrivée, histoire que les plus fatigués physiquement prennent un coup au moral psychologiquement, mais il n’en a pas finit avec nous puisqu’a 3 kms de l’arrivée le dernier Terril se dresse devant nous, je ne me souvenais plus qu’il était aussi traître, une corde pour nous aider à le monter, digne de certain passages de la BOUILLONANTE, c’est dire, heureusement, 15/20 m de dénivelé c’est court, puis en route vers la ligne d’arrivée, mais la aussi, petite nouveauté, une espèce de circuit de BICROSS, ou les oops s’enchaînent pendant 2/300m, heureusement dernier virage à droite et c’est la dernière ligne droite avant l’entrée du château et la ligne d’arrivée.

course-des-terrils

Arnaud nous raconte:

 » Mes sensations étaient moyenne, une pointe de contracture au départ,  1h20 pour 16,4 kms, mais une 83éme place sur 1300 qui a tendance à me rassurer et surtout la douleur à la cuisse du départ ne s’est pas propagé et m’a plutôt laissé tranquille durant la course, ce qui me permet de penser que je suis sur la bonne voie, il me manque plus que de la vitesse pour que je sois complètement satisfait »

Publicités
Cet article, publié dans Résultats, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s